top of page

Le Muscardin

Le Muscardin, un Cépage Confidentiel de la Vallée du Rhône

Cépage autochtone du Vaucluse, le muscardin fait partie des 13 cépages autorisés par l'appellation Châteauneuf-du-Pape, mais reste aujourd'hui très peu utilisé. Son rôle dans les assemblages est devenu anecdotique, même s'il peut apporter une touche de fraîcheur et des notes florales aux vins.

 

Un cépage vauclusien rare

Originaire du département de Vaucluse, le muscardin est un cépage noir qui a longtemps fait partie du paysage viticole de la vallée du Rhône méridionale. Mais au fil de la modernisation du vignoble, il a été progressivement délaissé au profit de cépages plus qualitatifs et plus faciles à cultiver comme le grenache, la syrah ou le mourvèdre. 

Aujourd'hui, le muscardin n'occupe plus que quelques hectares épars dans l'appellation Châteauneuf-du-Pape et tend à disparaître. Seuls quelques domaines perpétuent la tradition en l'incluant encore dans leurs assemblages, mais toujours en très faible proportion.

 

Un cépage délicat à cultiver

 

Le muscardin est un cépage assez peu productif et délicat à cultiver. Son débourrement est tardif, ce qui le rend sensible aux gelées de printemps. Il est également peu résistant à la pourriture grise en cas de forte humidité. 

Pour obtenir une production satisfaisante, il nécessite une taille courte et un palissage adapté.

Les grappes de muscardin sont de taille moyenne et compactes. Les baies, plus petites que celles du cinsault, prennent une jolie teinte bleutée à maturité mais elles sont peu juteuses et donnent des vins peu colorés et modérément alcoolisés.

Un cépage d'assemblage délicat 

Dans les vins rouges de Châteauneuf-du-Pape, le muscardin n'est jamais vinifié seul mais toujours assemblé à d'autres cépages. Peu tannique et peu coloré, il apporte aux vins une touche de fraîcheur et des notes florales délicates. Il permet d'atténuer un peu la puissance et la richesse des cépages principaux comme le grenache ou le mourvèdre.

Mais son rôle dans les assemblages reste très marginal, dépassant rarement quelques pourcents. Son influence sur le profil aromatique des vins est donc assez subtile et s'apparente plus à une note de complexité qu'à un caractère dominant.

bottom of page